AIMER

30/09/2018

Tu te déclines à tous les temps, plus souvent au Parfait qu'au futur, tant l'insaisissable convient à ton patronyme. Insaisissable pour le profane qui n'a jamais expérimenté Ta Rencontre.

Tu es le Verbe entier, sans faute, qui ne peut se saisir qu'en chantant la cadence d'un cœur , rythmé dans le devenir , ce signe universel à deux parties indissociables, qui meurt faute de sang adamique.

En lui coule ce vin qui crie j'ai mal à ma vigne,  qui arrose de sa couleur de feu l'ish et l'isha, l'Adam et Eve, le donneur et le réceptacle. 

Aimer , tu es le Cep de ce coteau à perte de vue, tu te dresses dans un bois tressé, noueux, solide à la fois ancien et nouveau, tu portes, à toi seul, la Vie en pérennité, tu es Celui qui sera à jamais.

Aimer, tu sors de terre, en profondeur , issu de tes racines si frêles, que tu étonnes par ta majesté céleste quand de ta force surgit le fruit enchanteur, doux à mon palais, vermeille dans son pressoir.

Aimer , tes notes en rouge et blanc, appellent la Lumière et le Sang, Ta force et ton breuvage signes de ma liberté, de mon rachat.

Aimer après Babel,  mot universel qui fait tressaillir, trembler, soupirer tous ceux qui veulent vivre cette formidable aventure de l'au-delà dans nos vies ici-bas. Aimer, mystère qui transcende uniquement ceux qui ont quitté les sentiers battus pour les chemins de traverses, ceux qui sont réveillés à la Vie, ceux qui se sont laissés submerger par un tsunami salvateur.

Transfusion de sang, transfusion de vie, je ne suis plus, l'ancien est mort, ensevelie, ailleurs, quelque part dans la poussière, la naissance à l'amour s'est produit, cet Amour d'Aimer, de ce Verbe que tu es et qui berce mes jours et mes nuits de tes pensées, de ta Parole.

Aimer, qui trouve racine en Toi et nul par ailleurs, sans toi je ne puis, je ne suis rien, sans toi j'ai mal à l'amour. Aimer devient mon oxygène, renverse les montagnes, relève les défis, donne vie à la mort elle-même.

Aimer, c'est Toi et par toi, nul ne peut aimer l'autre sans t'avoir rencontré dans Ta chambre, au pressoir, au puits , là où tu changes l'eau terne de ce monde en vin céleste porteur de fruits, d'amour et de joie.

Aimer , c'est dans Ta Tour que l'on te découvre, resplendissante d'ivoire, de Lumière, Tour de garde où tu veilles sur moi d'un regard jaloux m'inondant par ta Force et ta Puissance.

Aimer, ce sont tes Ayin, ces yeux perçants qui font vibrer mon âme et laisse mon souffle sans voix face à ta grandeur, ta Présence me pénètre au plus profond de mon être, ton Amour visite mon corps tout entier, rien ne t'est inconnu, tu me connais mieux que moi-même, que serais-je sans toi ?

Aimer , ce  sont tes mains que tu as laissé en héritage là-bas sur un poteau de bois, ce Cep d'une vigne nouvelle qui a besoin de ton sang pour donner vie à ce futur vin nouveau. Ces mains tendues qui aujourd'hui encore me couvrent et me protègent, ces mains remplies de tendresse , à la texture soyeuse des plumes de l'Aigle Royal, mon refuge, ma forteresse.

Aimer, ce sont tes mots que tu me murmures , seule à les entendre, parce que tu es jaloux de notre Amour, tu m'irrigues de tes Lettres, je suis celle que tu veux que je sois. 

Aimer , c'est déborder de toi tant et si bien, que le ressenti, l'amertume, la rancune n'ont plus de place dans ma vie, le Pardon est cette eau vive qui coule de ton sein et vient me couvrir comme un voile transparent, rien ne peut venir souiller ce qui nous anime toi et moi.

Aimer, mon doux amour, parce que tu es mon Amour, celui qui berce mes jours , mes nuits, chaque instant de ma vie. Aimer, mon amour, c'est toi dans ma vie, la raison de mon combat, l'espérance de mon futur, l' emouna  mon moteur en toi et par toi.

Aimer, tant et si fort que tu transperces ce que je suis, ce n'est plus moi qui vit mais toi en moi, tu bouillonnes en moi, tu agites mes sens, tu me fais aimer au-delà de l'impensable, ma vie est un instrument entre tes mains, serrée dans ton plumage, c'est l'envol de la vie, plus rien ne sera jamais pareil.

Aimer, c'est la délivrance qui a frappé à ma porte, c'est Toi dans la blancheur du matin, ensoleillé de ta magnificence , c'est le joug arraché, ce sont les chaînes brisées, c'est un vent de liberté , tu m'as affranchie , tu m'as aimée le premier, je peux, libre, enfin, aimer plus que jamais comme jamais.

Je t'aime de ton amour , celui que tu m'as offert, ce don indescriptible qui me coupe le souffle et qui fait que je ne peux faire autrement que d'aimer, tu es vie, tu m'as donnée ta vie, ton amour, je t'aime de ce feu qui ne s'éteint jamais, ce feu témoin pour Moché de ton existence, tu l'as déposé en moi, je brûle d'amour pour Toi. 

Aimer c'est Toi en Moi, c'est E-Chad à jamais.