Une voix dans le Désert....

21/04/2020

Qui ne connait pas (pour les lecteurs de la Bible) le fameux verset

"Une voix proclame  (crie) dans le Désert..." Iesha'Yahou 40:3 , repris dans la B'rit Hadasha en Jean 1:23 

Avant d'aller sonder ce texte dans le Tanakh, arrêtons nous d'abord sur la réponse de Jean aux Pharisiens, lui demandant qui il prétendait être

"Moi ? La voix d'un crieur dans le désert !..."

Un crieur. Jean n'en avait pas l'exclusivité ! et pour cause il connaissait parfaitement le rouleau d' Iesha'Yahou, ses textes , sans virgules, sans codages numériques, bref, il était fervent et assidu dans toutes les voies de son Elohim.

Allons voir cette fameuse référence dans le livre en question et regardons les perles cachées.

============

Une voix proclame ( ailleurs traduit par "crie")

Nous avons d'entrée de jeu une hyperbole, c'est-à-dire que l'on amplifie l'expression par deux notions identiques pour mettre en évidence une pensée, une idée.

En effet le mot utilisé en hébreu pour "voix" est plus proche du sens "crier" que juste un simple son, c'est une manière de parler fort; or il est immédiatement suivi du verbe "Qara" dont la notion s'apparente à approcher l'autre en criant de sorte qu'il entende ....

L'hyperbole ici nous fait saisir l'importance de la tonalité de notre voix, il n'est plus question de timidité, de douceur, de retenue, il est question par deux fois en deux mots, de crier à voix forte. Traduire par une "voix proclame" est quelque peu réducteur, il faudrait donc comprendre "Une voix forte hurle en direction de ...."

Elohim ici fait référence à la "surdité spirituelle de son peuple", ces humains qui ont des oreilles mais n'entendent pas, ces hommes qui se font sourds quand cela les arrangent...

Le message sous entend que la tâche va être rude, qu'il va falloir monter le son de la sono, traverser les parois étanches d'une race au coup raide.

Le fameux combat dans le désert...

Mais que doit donc proclamer la Voix qui hurle dans le désert, ce fameux Midbar que nous avons vu précédemment, ce fameux peuple qui se lamente constamment, qui désobéit non stop, qui fait des allers retours entre Mitsraïm et Adonaï ?

"Dans le désert, déblayez la route de YHWH; nivelez, dans la campagne aride, une chaussée pour notre Elohim! .."

Dans le désert, BéMidbar ! bien, nous savons d'emblée que ce n'est pas au "sol brûlé" que s'adresse cet ordre (lire ou relire l'article précédent sur Esaïe 35).

Nous voici donc dans le Désert d'Elohim, sorti de Mitsraïm, naviguant à vue direction le pays promis.

Deux ordres dans un même verset !

Le premier , ressemble à de la maçonnerie, entreprise de déblayage. Pourtant c'est bien plus profond que cela :

En hébreu nous lisons mot à mot Panah Dereck YHWH : Face chemin YHWH

Vers La Face de YHWH tourne toi

Quand nous sommes dans le Désert de YHWH (et non dans le désert du monde, de Mitsraïm) cela ne suffit pas, il nous faut nous tourner vers la Face de YHWH.

Or le mot qui colle immédiatement à Panah désigne le Chemin, Dereck, la Face de YHWH est donc le Chemin...nous savons qui est le Chemin menant à YHWH

Mon nom est en lui Yah-shoua Esaie 23:21 , Yah étant le diminutif de Yahwé

Le Chemin la Vérité et la Vie, Dereck, Emet et Haïm.

Premier ordre : Dans le désert de ton YHWH , tourne , retourne ta face vers LUI...Combien sont dans le bon désert mais ne tourne pas leur face vers le Chef des armées, c'est comme vivre sous le même toit avec quelqu'un , être dans le même lieu, mais ne pas se regarder, c'est vivre comme des colocataires, chacun fait sa propre vie, bon an mal an...

Deuxième ordre: Nivellez  fait appel à des chantiers de grandes envergures

Le mot utilisé ici est YaShar qui se trouve très exactement 26 fois dans le Tanakh, c'est également le nombre de YHWH !

Yashar signifie Etre Juste, Etre droit ! Nous avons donc la Droiture (26 fois dans le Tanakh)  collée à YHWH ( au nombre 26), il fallait le faire, c'est impossible à l'homme. De plus, YHWH est entouré par deux mots : le Chemin et la Droiture 

Le Chemin qui mène à Elohim est assis à sa Droite....

Le message est clair, YHWH le Chef de la Droiture, de la Justice ordonne au peuple dans le désert d'être Juste, Droit. Ce qui est intéressant c'est de lire que cette ordonnance s'adresse à un peuple dit "stérile" c'est le mot suivant :

Arabah, lieux arides avec une particularité prononcée, la Stérilité. Le peuple dans le désert d'Elohim est stérile, ne produit rien, il est sourd, volontairement, il avance à l'aveugle. Il n'entend rien, ne comprend rien. Qu'à cela ne tienne, YHWH le Chef des armées envoie ses serviteurs, pour hurler , puisque parler ne suffit plus, aux oreilles de sa création têtue, espérant qu'enfin, d'enfant orgueilleux , elle devienne enfant productif.

Le peuple est stérile parce qu'il ne tourne plus ou pas ses regards vers la Face, le Chemin de YHWH, il devient stérile, ne produit plus rien . 

Pour produire il nous faut donc commencer par le début, retrouver le Chemin qui mène à YHWH, avoir un FACE A FACE avec LUI, c'est ensuite devenir ou redevenir Droit, Juste pour que cesse notre stérilité spirituelle, pour qu'enfin le figuier que nous sommes puisse produire du fruit...

Le but étant de faire une "chaussée"...décidément nous sommes en plein travaux de voiries 

Le mot ici n'est pas Dereck, Dereck ayant le sens particulier de Communication, alors que Mecillah, la Chaussée, désigne une route pour tout public...Le Tout Israël !

Je dois donc dans un premier temps, être en communication avec le Chef des Armées, YHWH , pour porter du fruit et faire une route ouverte au public le menant à Elohim ! 

Le premier ordre cite une relation intime avec YHWH, le second cible une route ambassadrice avec Elohim. Dans ce verset, nous avons les deux terminologies, YHWH et Elohim; le premier pour la relation personnelle, un peu comme le soldat qui vient prendre sa feuille de route pour la journée, le second pour orienter les autres vers notre Aba d'amour, Elohim.

Nul ne peut porter du fruit, nul ne peut parler d'Elohim, si en premier lieu il n'a pas fait retour vers YHWH en empruntant le Chemin de la communication. Nul ne peut porter du fruit , ouvrant les yeux aux aveugles, soulageant les malades si auparavant il n'a pas embrassé la Droiture, la Justice et fait de sa propre vie un consacré des Travaux publics, pour parler en connaissance de cause d'Elohim aux âmes assoiffées perdues.